Partenaires

CNRS
Logo tutelle



Accueil du site > Congrès mondial de linguistique française (CMLF-2008) > Thématiques > Linguistique du texte et de l’écrit, stylistique

Linguistique du texte et de l’écrit, stylistique

Coordonnatrice : Anna JAUBERT (Université de Nice)

Comité scientifique :

- Georges MOLINIE (Président, Université de Paris IV-Sorbonne & EA4089 "Sens, Texte, Histoire") ;
- Jean-Michel ADAM(Vice-Président, Département de Linguistique française, Université de Lausanne) ;
- Anna JAUBERT (Coordonnatrice, Université de Nice) ;
- Lita LUNDQUIST (Department of International Culture and Communication Studies, Copenhagen Business School, I.K.K., Copenhague) ;
- Marc BONHOMME (Institut de français, Université de Berne) ;
- Dominique MAINGUENEAU (Paris XII, CEDITEC & Institut Universitaire de France) ;
- Gilles PHILIPPE (Grenoble III, ITEM CNRS-ENS & Institut Universitaire de France) ;
- Guy ACHARD-BAYLE (Université de Metz & CELTED).

Appel à communications :

A partir de textes attestés, les travaux de cette section invitent à une réflexion sur la spécificité des faits de discours écrit qui motiverait une « linguistique de l’écrit ».

Dans la perspective de l’Analyse de discours comprise comme une discipline englobante, on croisera les approches de la linguistique textuelle, de la linguistique de l’énonciation et de l’argumentation, de la génétique des textes et de la stylistique, susceptibles de dégager une dynamique particulière du discours écrit. Seront retenues les communications qui manifestent une préoccupation épistémologique et méthodologique claire, autour des catégories qui permettent sa description et son interprétation. On s’intéressera notamment :

-  à la logique de la textualisation (marques de cohésion-cohérence, articulation des niveaux micro- et macro-textuels...),

- au (re)conditionnement énonciatif,

-  à la place que l’on peut assigner à la composante rhétorico-argumentative, et aux différentes formes de préconstruits.

On interrogera les conditions spécifiques de l’interprétation et la pertinence d’une pragmatique littéraire, en proposant une définition du champ stylistique.

On prendra en compte également les apports de la génétique textuelle propres au domaine de l’écrit, et le nouveau regard que la numérisation des textes permet de poser sur lui.